Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 19:19

Elle est au coeur du problème de la misère dans le monde. Pourquoi 50% de la population ne mange-t-elle pas « correctement » ?

On voit en Europe de plus en plus l'incohérence et les effets pervers d'une agriculture subventionnée :

            -d'une part les règles définissant ces subventions induisent un gâchis insupportable (productions excédentaires jetées, terres inutilisées d'un coté, épuisées ou saturées d’engrais de l'autre...)

            -d'autre part, elle ne favorise pas les cultures qualitatives et conduit les agriculteurs à devenir avant tout des « chasseurs de primes ».

 

Elle constitue enfin une injustice insupportable pour les producteurs des pays du sud incapables de s'aligner sur des prix artificiellement trop bas.

Leur production est ainsi globalement condamnée à un usage exclusivement local, réduisant leur espoir de bénéficier des quelques retombées positives de la mondialisation.

C’est une des grandes hypocrisies de la mondialisation telle qu’elle est aujourd’hui...

Il est de la responsabilité des élus et des citoyens des pays riches de ne pas fermer les yeux devant cette conception de la mondialisation  «  peu concertée », ni devant cette agriculture si artificielle...

 

Sur le plan écologique, privilégier la production et la consommation locale va dans le sens du respect de la planète (dans la mesure où la nature de cette production locale tient compte des contraintes des sols et du climat). En effet, tout produit transporté sur de longues distances est écologiquement coûteux pour la planète.


Si nous reconstituions une carte des chemins parcourus par nos produits de consommation courante, nous serions étonnés de constater les distances parcourues par ces produits et les trajectoires plus ou moins croisées  de produits pourtant de même nature...

 

Sans s'interdire totalement de consommer des fruits « exotiques », nous devons être plus vigilants, notamment vis à vis de produits importés par avion, entraînant une pollution élevée pour chaque kg transporté.

Quand au transport par bateau, il aboutit généralement à une cueillette de fruits « verts », mûris en cale, souvent peu goûteux à la consommation, et dépourvus de la plupart des qualités alimentaires d’origine...

 

Pour toutes ces raisons, il est évident que nous devons autant que nous le pouvons privilégier producteurs locaux et productions « de saison ». Ainsi, pour les produits frais, utilisons au mieux le réseau des AMAP, association qui assure à la fois qualité, fraîcheur et proximité de production, dont on trouvera une description ci-après. (link)

Partager cet article

Repost 0
Published by yl74 - dans Agriculture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Citoyens à nous d'agir
  • Citoyens à nous d'agir
  • : Tout ne va pas bien sur la planète, certes, mais que puis-je faire, moi simple citoyen ? D'abord, analyser un peu pour me faire une opinion, puis choisir un moyen d'agir... car il y en a ! Vous verrez que la simple conscience du pouvoir de changer même modestement les choses rend optimiste ! L'espoir est là et le bonheur n'est pas si loin...!
  • Contact

Recherche

Accès Articles Par Catégories