Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 12:33
« Faire du social » dans une entreprise signifie, en termes simplifiés, « se préoccuper de l’individu». Pour un cadre, « faire du social » n’est généralement pas encouragé par les directions générales, tant le dictat de la rentabilité financière est puissant.

 

Par ailleurs, toute action visant à améliorer les conditions d’une catégorie de salarié ou à aider une personne plus ou moins en difficulté , peut créer un précédent utilisé par les syndicats comme base de revendication dans des négociations collectives futures. Les employeurs sont donc très attentifs à ne pas créer ce genre de précédents…

 

Si il est vrai qu’une gestion trop « légère » du personnel peut mettre en péril la pérennité de l’entreprise, il est également vrai qu’un patron prenant honnêtement en considération les difficultés de ses salariés sera reconnu et son entreprise bénéficiera en retour d’une motivation particulière et d’une meilleure performance de ces même salariés.

 

L’équilibre entre « social » et « gestion rigoureuse » est délicat à trouver, et de plus, comme en politique où la « vie des partis » occulte souvent les débats sur le fond, les discussions sont biaisées par certains syndicats démagogiques plus concernés par le développement de leur propre influence et de leurs effectifs que par la recherche du « meilleur équilibre ».

 Par ailleurs, un certain nombre de patrons focalisés sur la rentabilité à court terme oublient de prendre en considération le facteur humain, pourtant première ressource de leur entreprise dans un grand nombre de cas.

 

Répétons encore que nous ne pouvons pas déconnecter le « social d'un pays » du « social de la planète ».

 La question sociale n'est plus, depuis longtemps, seulement nationale ou européenne.

 

Les échanges internationaux existant de fait, nous sommes qu’on le veuille ou non en compétition avec des pays au niveau de vie bien plus faible.

Les consommateurs (chacun d'entre nous) étant peu disposés à payer un produit manufacturé 2 ou 3 fois plus cher à qualité équivalente pour la satisfaction d'avoir acheté « occidental », nous sommes donc dans l'obligation d'être compétitifs, ou de déserter un certain nombre de secteurs à fort taux de main d'oeuvre, tout en cherchant des secteurs à plus fort contenu technologiques, là où nos formations sont utilisées et où nos salaires relativement élevés peuvent être « amortis ».

Cette « logique » peut tenir : elle permet à la fois aux pays pauvres de se développer, tout en nous permettant de réorienter notre économie, au rythme ou la formation continue et le passage de relais entre génération l'autorise.

 

Ce raisonnement est avant tout « économique »,  mais rien n’empêche d’envisager en parallèle une politique sociale mondiale, visant à harmoniser dans la durée, les niveaux de vie (et les pouvoirs d'achat) sur la planète.

A nous, citoyens du monde, de promouvoir cette idée, de façon à ce que « le social » ne soit plus considéré comme un « gros mot » dans les entreprises…



MAIS QUE PUIS-JE FAIRE, moi, simple citoyen ?


Partager cet article

Repost 0
Published by yl74 - dans Social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Citoyens à nous d'agir
  • Citoyens à nous d'agir
  • : Tout ne va pas bien sur la planète, certes, mais que puis-je faire, moi simple citoyen ? D'abord, analyser un peu pour me faire une opinion, puis choisir un moyen d'agir... car il y en a ! Vous verrez que la simple conscience du pouvoir de changer même modestement les choses rend optimiste ! L'espoir est là et le bonheur n'est pas si loin...!
  • Contact

Recherche

Accès Articles Par Catégories