Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 18:42

Il est de bon ton dans certains milieux socio professionnels, de « penser à droite », dans d’autres milieux de « penser à gauche »…

Essayons de penser simplement avec un peu de bon sens la notion de flexibilité du travail.

 

Il est certain que la flexibilité induit plus de précarité si elle n'est pas accompagnée de mécanismes compensatoires.

Mais posons nous la question de l’origine de ce « besoin de flexibilité » en repartant du besoin final, celui du consommateur ou de l'usager d'un service.

 

Clairement, nos besoins souvent artificiels, évoluent au fil des ans (modes, évolutions de modes de vie, ruptures technologiques créant de nouveaux besoins tels les téléphones portables, les moteurs à injection … souvent au dépend d'autres secteurs d'activité plus anciens) ou de manière saisonnière (consommation de crèmes glacées, besoin en accessoires de loisirs d’extérieur, activités touristiques...).

A partir de ce constat, on voit qu'il n'y a aucune raison pour que ces variations importantes de la demande ne se traduisent pas par des variations tout aussi importantes au niveau de l'activité des entreprises.

 

Une des conditions pour qu'une entreprise ne disparaisse pas (tant que nous sommes dans un système d'échanges économiques mondiaux) est qu'elle soit capable de s'adapter à ces variations, soit en ayant des activités complémentaires (ce qui n'est pas toujours possible), soit en faisant preuve dans son organisation et son fonctionnement d'autant d’ « adaptabilité ».

 

Si nous admettons ce besoin d’adaptabilité en même temps que notre besoin de sécurité, nous devons chercher des solutions pour concilier flexibilité et sécurité, et concevoir une politique du travail à la fois flexible pour s'adapter aux besoins (qui eux ne se dictent pas) et réduisant voire supprimant la précarité (Par exemple en développant considérablement les moyens de formation et de transport pour élargir le champ fonctionnel et géographique possible pour chaque salarié).

En parallèle, peut-être pourrions-nous penser à valoriser les parcours professionnels variés, aujourd’hui plus subis que voulus, et finalement peu recherchés à tord (car c’est bien une richesse pour le salarié comme pour l’entreprise), par les recruteurs souvent à la recherche du spécialiste idéal immédiatement opérationnel.

 

Le problème n'est donc pas de se battre contre la flexibilité (ce qui reviendrait à se battre contre le vent, ou à cesser de courir sans cesse après de nouveaux besoins), mais bien de se battre contre l'insécurité sociale ou la précarité en apportant de vrais moyens de reconversion aux salariés et en en leur laissant le temps de s'adapter à de nouveaux emplois possibles.


 

SOMMAIRE DES ARTICLES A VENIR:

Partager cet article

Repost 0
Published by yl74 - dans Social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Citoyens à nous d'agir
  • Citoyens à nous d'agir
  • : Tout ne va pas bien sur la planète, certes, mais que puis-je faire, moi simple citoyen ? D'abord, analyser un peu pour me faire une opinion, puis choisir un moyen d'agir... car il y en a ! Vous verrez que la simple conscience du pouvoir de changer même modestement les choses rend optimiste ! L'espoir est là et le bonheur n'est pas si loin...!
  • Contact

Recherche

Accès Articles Par Catégories