Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 18:33

Si les incessantes images d’immigrés naufragés (quand ils ont échappé à la noyade…) nous sont insoutenables, si la fracture Nord/Sud est insupportable pour tous les citoyens humanistes que nous sommes (espérons que nous soyons de plus en plus nombreux dans ce cas), seule une absence de bon sens doublé d’un angélisme poussé permet de croire qu’un pays riche peut accueillir toute la misère du monde.

 

En outre, si la solidarité entre les peuples doit devenir une réalité, et non seulement un discours démagogique et hypocrite, elle doit s’exprimer au sein même des pays en difficulté et pas seulement au niveau des exilés : pourquoi laisser croire à un peuple que le bonheur est ailleurs que dans son propre pays, dans un déracinement toujours traumatisant et une assimilation ou une intégration souvent problématique dans les pays d’accueil ?

 

 Pourquoi, alors que nous en avons financièrement et techniquement largement les moyens, ne faisons nous pas ce qui est nécessaire pour rendre les conditions de vie acceptables dans ces pays? Qu’il s’agisse de sécheresse ou d’inondation, de famine, de maladies ou d’éducation, de difficulté d’administration d’un pays, nous pourrions transmettre toutes les compétences et les savoir faire pour stabiliser la situation de ces pays, pour leur donner les moyens d’agir de façon autonome à terme, de se construire tout en chassant les forces armées volontairement déstabilisatrices de gouvernements trop fragiles.

 

D’ailleurs, ne pourrions nous pas commencer par cesser d’alimenter nous-mêmes les trafics d’armes officiels et officieux, facteurs essentiels d’instabilité dans de nombreux pays « émergeants ». C’est à se demander si nos gouvernements (dont celui de la France) souhaitent vraiment que ces pays émergent, tant les systèmes post-coloniaux comme celui dit de « la France-Afrique » perdurent.

 

Sous réserve d’une volonté des principaux pays influents (dont nous sommes), de l’existence d’une coordination et d’un contrôle international de la qualité des aides apportées, il est pourtant envisageable de réduire la misère de la plupart des pays du monde tout en évitant de retomber dans des nouvelles formes de colonialisme.

 

Ainsi, les questions d’immigration deviendraient bien plus des questions d’entraides internationales, de projets de formation et d’équipements adaptés à chaque région du globe, de lutte globale contre la corruption et la mafia,  et moins des questions sordides de test ADN, de « sans papiers », de quotas ou « d’immigration choisie » au dépend des pays pauvres condamnés à le rester !…

 

Au passage, qu’attend donc l’ONU pour faire émerger cette vision globale afin qu’elle s’impose progressivement à nos consciences occidentales ?

En attendant, rien ne nous interdit de participer nous-même à cette prise de conscience par l’« opinion publique ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Henri Lafforgue 07/05/2009 20:56

Tout à fait d’accord avec vous sur le fond du problème. On ne résoudra le drame et le scandale de l’immigration qu’en intervenant en amont, c’est-à-dire, en aidant les pays pauvres à devenir autonomes. Mais, la question est complexe. Les dirigeants de ces pays n’acceptent pas toujours cette aide ou la détournent. Les pays riches sont souvent poussés par des intérêts économiques (pétrole, par exemple), et par la soif de dominer. En un mot, le « fric » passe souvent avant la philanthropie… Bien cordialement - HL

Présentation

  • : Citoyens à nous d'agir
  • Citoyens à nous d'agir
  • : Tout ne va pas bien sur la planète, certes, mais que puis-je faire, moi simple citoyen ? D'abord, analyser un peu pour me faire une opinion, puis choisir un moyen d'agir... car il y en a ! Vous verrez que la simple conscience du pouvoir de changer même modestement les choses rend optimiste ! L'espoir est là et le bonheur n'est pas si loin...!
  • Contact

Recherche

Accès Articles Par Catégories